Ces Marguerite historiques, de Marguerite de Constantinople à Marguerite Duras en passant par Marguerite de Navarre, Marguerite d’York et Marguerite d’Oingt, sont interprétées sur scène par Céline Bonnier ou Évelyne Rompré (en alternance selon un calendrier déterminé de représentations). Avec un peu d’audace, on pense à Marguerite d’York (1446-1503), princesse Plantagenêt qui épousa Charles le Téméraire le 3 juillet 1468. Le portrait de Marguerite d’York, entré au musée du Louvre en 1937 (don Walter Gay), est attribué depuis peu au Maître des Portraits Princiers, peintre anonyme actif à Bruxelles à la fin du XVe siècle. L’identité du modèle reste conjecturale, mais certains historiens ont évoqué une jeune aristocrate anglaise, Anne (ou Margaret) Talbot, fille de John Talbot, comte de Shrewsbury (1427-1453). Restitution du chapel de Charles VI, avec le cerf ailé et le mot "En bien", trouvé dans les fouilles du Palais du Louvre. La dernière modification de cette page a été faite le 16 novembre 2020 à 23:10. LISTE DES GRAVURES. Marguerite d'York[1] (3 mai 1446 - 23 novembre 1503) est la sœur des rois d'Angleterre Édouard IV et Richard III d'Angleterre et la troisième et dernière épouse du duc de Bourgogne Charles le Téméraire. Bien que l'union soit restée sans descendance, elle scelle un pacte d'alliance entre l'Angleterre et la Bourgogne. Manuel Guay, "Du consentement de l'affectio maritalis : quatre mariages princiers (France-Anlgterre, 1395-1468)". Panier vide. En son siècle, elle passe pour la duchesse la plus élégante, la plus riche et la plus puissante d'Europe. York compte aussi plusieurs maisons anciennes ouvertes à la visite. À la mort prématurée de Marie de Bourgogne en 1482 des suites d'une chute de cheval accidentelle pendant une partie de chasse, Marguerite d'York s'occupe personnellement des deux enfants de cette dernière, Philippe et Marguerite d'Autriche. tableau. Isabelle du Portugal, duchesse de Bourgogne, elle-même liée par le sang aux monarques anglais, souhaite déjà pour son fils Charles le Téméraire, comte de Charolais, un mariage anglais. Couteau à l'usage de Philippe Le Bon, avec ses armes, sa devise et son mot, ainsi que ceux de Charles le Téméraire et de Marguerite d'York, New York, Metropolitan Museum of Art, Rogers Fund. peinture. J. Calmette, « Le mariage de Charles le Téméraire et de Marguerite d'York ». Le 3 juillet 1468, Marguerite d'York épouse le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, l'un des princes les plus puissants d'Europe, à Damme en Flandre, dans les Pays-Bas bourguignons. Sœur des rois Édouard IV et Richard III d’Angleterre, elle fut la 3ème et dernière épouse du duc de Bourgogne Charles le Téméraire. . Marguerite d'York ou la duchesse Junon, L. Hommel, Le Cri. Elle est la troisième fille du 3e duc d'York Richard Plantagenêt et de son épouse Cécile Neville. Sa mère joue en effet un rôle très actif auprès d'Édouard IV durant les toutes premières années de son règne et constitue également un modèle pour la future duchesse de Bourgogne en ce qui concerne la gestion des affaires administratives et politiques[2]. Ce dessin appartient à une série de 8 (RF 2140 à RF 2147) représentant des épisodes de la Guerre de Troie. Il a aussi laissé l’image d’un bibliophile éclairé dont la collection de manuscrits fut, après celle de Philippe le Bon, la plus importante des anciens Pays-Bas méridionaux. Elle tente également d'influencer la fin de la guerre des Deux-Roses, en prêtant assistance, en vain, à son neveu John de la Pole contre Henri VII d'Angleterre en 1487, ainsi qu'au prétendant Perkin Warbeck en 1495. Bien que l'union soit restée sans descendance, elle scelle un pacte d'alliance entre l'Angleterre et la Bourgogne. À la cour d'Angleterre, la nouvelle reine Élisabeth Woodville contribue également activement au mariage de sa belle-sœur[2]. MARGUERITE D'YORK … Depuis les dernières importantes publications (2000-2012), des éléments neufs sont encore apparus dans le dossier. Le 3 juillet 1468, Marguerite d'York épouse le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, l'un des princes les plus puissants d'Europe, à Damme en Flandre, dans les Pays-Bas bourguignons. Le Portrait d’une jeune fille (ou Portrait d’une jeune femme) fut réalisé entre 1460 et 1470 et acquis par la famille Médicis, grands mécènes de l’époque. Marguerite de Navarre par Jean Clouet, (vers 1530). Mais après une cinglante défaite à Wakefield quelques mois plus tard au cours de laquelle le duc est lui-même tué, la duchesse d'York décide d'envoyer ses deux plus jeunes fils en sécurité à la cour du duché de Bourgogne de Philippe le Bon, où ils sont accueillis par son fils bâtard, David, évêque d'Utrecht[2]. Domaine. Elle finance abondamment les institutions religieuses, et notamment les ordres mendiants. Portrait anonyme de Marguerite d'York réalisé aux, Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Isabelle du Portugal, duchesse de Bourgogne, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Marguerite_d%27York_(1446-1503)&oldid=176673652, Article contenant un appel à traduction en anglais, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, Page pointant vers des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Page pointant vers des bases relatives aux beaux-arts, Portail:Biographie/Articles liés/Politique, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Jean-Marie Cauchies (dir. École des Pays-Bas du sud, Musée du Louvre. Le roi Henri VII Tudor en est informé et commence à réunir des troupes. Marguerite d'york ou la duchesse junon.. Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction . Grand format Livre broché. Paris, musée du Louvre 29 octobre 2008: Frans Hals Portrait d'homme Vers 1650 Huile sur panneau Présumé faux: 21 octobre 2008: David Aubert et Simon Marmion Manuscrit de la Vie de sainte Catherine d'Alexandrie de Marguerite d'York Oui : 2011: Paris, Bibliothèque nationale de France 24 juin 2008: Michel-Ange Etudes d'homme nu Il doit son nom à un livre d'heures peint pour Jacques de Rambures, chambellan du roi.Il a été actif en Picardie, notamment à Amiens, mais aussi à Bruges, où il a travaillé dans l'entourage de l'enlumineur flamand Loyset Liédet et montre une grande influence flamande. Il ne représente cependant pas un membre de cette famille. Une bande de tissu noir, le tassel couvre l'échancrure. Il s'agit du copiste David Aubert, des enlumineurs Simon Marmion (Les Visions du chevalier Tondal du Getty), le Maître des Traités de morale (un manuscrit de l'Apocalypse, M.484) ou encore le Maître de Marguerite d'York (Livre de l’âme contemplative, Bibliothèque royale de Belgique, Ms.9305-06)[3]. Marguerite d'York Plantagenêt 1275-1333; Marie Plantagenêt, Abbesse d'Aremsbury 1278-1332; Elizabeth de Rhuddlan Plantagenêt 1282-1316; Edouard II d'Angleterre Plantagenêt, Roi d'Angleterre 1284-1327 Demi-frères et demi-sœurs Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction . Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Quand Marguerite d'York paraît à Bruges pour la première fois dans le décor peint pour ses noces par Hugo van der Goes, le cœur de la cour bourguignonne chavire. Âgée de quinze ans au moment de l'avènement de son frère Édouard IV, Marguerite intègre la cour comme membre de la famille royale et va y rester pendant sept ans. Marguerite d’York ou Marguerite de Bourgogne (1446-1503) Née au château de Fotheringay dans le Northamptonshire en Angleterre, fille du 3ème duc d’York Richard d’York et de Cécile Neville. Rustican, maître de Marguerite d’York, Bruges, 1470, Manuscrit sur parchemin, Paris, BnF. Marguerite d'York naît le 3 mai 1446 au château de Fotheringhay dans le Northamptonshire, en Angleterre. RF 1938-17. Devenue veuve de Charles le Téméraire en 1477, elle s'instaure protectrice de sa belle-fille et lui fait épouser le futur empereur Maximilien Ier du Saint-Empire de la dynastie des Habsbourg. À leur retour en Angleterre, ses deux jeunes frères peuvent ainsi raconter à Marguerite les splendeurs de la cour bourguignonne, l'une des plus brillantes de l'époque. Son penchant l'incite à commander des manuscrits de livres de dévotion et des traités de morale religieuse et fait appel pour cela à des artistes et auteurs parmi les plus doués de sa génération. Ils y arrivent le 5 mai 1487. Marguerite d'York est décrite par les chroniqueurs comme introvertie et dévote. Ils sont considérés comme les "petits patrons" pour la tenture de 11 pièces offerte à Charles le Téméraire par la Ville et le Franc de Bruges, en 1472, à l'occasion de son mariage avec Marguerite d'York. 1, P. 156, Collections des musées de France (Joconde), © Réunion des musées nationaux - utilisation soumise à autorisation, Demande de photographie et/ou de conditions d'utilisation. Ils sont considérés comme les 'petits patrons' pour la tenture de 11 pièces offerte à Charles le Téméraire par la Ville et le Franc de Bruges, en 1472, à l'occasion de son mariage avec Marguerite d'York. En 1460, le duc d'York entre triomphalement à Londres, à la suite de sa victoire de Northampton. Portrait (peinture à l'huile) - musée du Louvre. École des Pays-Bas du sud, Musée du Louvre. Marguerite d'York 1 (3 mai 1446 - 23 novembre 1503) est la sœur des rois d'Angleterre Édouard IV et Richard III d'Angleterre et la troisième et dernière épouse du duc de Bourgogne Charles le Téméraire. MARGUERITE D'YORK (1446-1503) Identification du bien culturel. de Luc Hommel chez le Cri. Portrait de Marguerite d'York (3ème épouse de Charles le Téméraire). ), « Marguerite d’York et son temps. Le reliquaire dit de Charles le Téméraire (or, argent et émaux, h. 53 cm et poids total 5 kg), œuvre majeure du patrimoine national belge, a été réalisé entre 1467 et 1471 par l’orfèvre Gérard Loyet. On en trouve sur des thèmes très variés. Portrait de Marguerite d'York (3ème épouse de Charles le Téméraire). Après qu'un mariage portugais ait été envisagé pour Marguerite d'York avec Pierre de Coimbra, cette possibilité est abandonnée à la suite du décès de celui-ci en juin 1466. Ils ne sont en réalité accueillis à la cour même du duc qu'après la victoire de Towton en 1461 qui assure la couronne à leur frère aîné Édouard. La duchesse est coiffée du même hennin dont le chaperon noir dissimule les oreilles. En son siècle, elle passe pour la duchesse la plus élégante, la plus riche et la plus puissante d'Europe. L'importance de l'éducation qu'elle a reçue se constate également dans sa capacité à corriger des traductions françaises ou encore par le fait qu'elle connaisse un peu d'allemand. Ghislain Tranié - « Ce livre cy est a tres haulte, tres excellante et puissante princesse ». La duchesse porte une cotte tissée de fils d'or, sur une chemise simple. Pa es. cit., p. 87). Dénomination. 1446-1503 . 9 juillet 1468 – 5 janvier 1477(8 ans, 5 mois et 27 jours). Le parfum comme remède du Moyen-Age au XIXe siècle Sommaire : Le parfum comme remède du Moyen-Age au XIXe siècle La transmission des connais-sances médicales Le … Le Maître de Rambures désigne par convention un enlumineur actif entre 1454 et 1480. Marguerite d'York [ 1 ] (3 mai 1446 - 23 novembre 1503) est la sœur des rois d'Angleterre Édouard IV et Richard III d'Angleterre et la troisième et dernière épouse du duc de Bourgogne Charles le Téméraire. Joana Barreto - Un Cynique à la cour : la collaboration de Giovan Marco di Parma avec l’atelier des Rapicano dans le scriptorium royal de Naples Ses commandes à Simon Marmion sont documentées, telle la Lamentation sur le Christ mort du Metropolitan Museum of Art de New York dont le revers s’orne de ses armes associées à celles de son mari. Dans le cortège des dames flamandes au hennin sévère, elle se démarque par sa longue chevelure blonde tombant sur ses reins. Son éducation est également empreinte de religion, notamment du fait de la lecture de vie de saints, comme celle de Catherine de Sienne[2]. 27). Les manuscrits de Marguerite d’York (1446-1503), duchesse de Bourgogne : un mécénat politique. cit., p. 34-35) et exposé à Beaune (Catalogue, op. Les musées phares de la ville sont sûrement le York Castle Museum et le National Railway Museum. Aujourd'hui encore, Bruges reconstitue et commémore ce fastueux mariage (et les fêtes auxquelles il a donné lieu) une fois tous les cinq ans, ce qui provoque un afflux de touristes de tous les pays avoisinants. Son éducation semble complète et digne d'une jeune fille issue de la noblesse : enseignement de la musique, de la danse, de la broderie. En son siècle, elle passe pour la duchesse la plus élégante, la plus riche et la plus puissante d' Europe. Édouard IV cherche en effet des soutiens face au royaume de France et se tourne alors vers le duché de Bourgogne, qui cherche également à se prémunir d'une attaque française. Marguerite d'York ou La duchesse Junon. Les initiales C, M et Y se retrouvent enlacées sur le collier porté par Marguerite d'York sur le petit portrait conservé au Louvre (VAN DER VELDEN, op. Le portrait de Marguerite d’York, entré au musée du Louvre en 1937 (don Walter Gay), est attribué depuis peu au Maître des Portraits Princiers, peintre anonyme actif à Bruxelles à la fin du XVe siècle. Marguerite d'York rassemble 2.000 mercenaires flamands et les expédie en Irlande sous les ordres de Martin Schwarz, un chef militaire réputé. EYCK JAN VAN (attribué en 1857) ; ECOLE DE BOURGOGNE (attribué en 1923) ; MARMION SIMON (RING), portrait (York Marguerite d', femme, à mi-corps, de trois-quarts, broderie, coiffe), Propriété de l'Etat, donation, musée du Louvre département des Peintures, Dibdin ; Douce Francis (1834) ; Meyrick sir Samuel ; Meyrick général A. W. H. (vente Meyrick général A.W.H., 1902/05/31, n° 138) ; Dowdeswell ; Gay Mme Vve Walter, Paris ; musée du Louvre département des Peintures, The art treasures of the United Kingdom, Manchester, 1857 ; portraits du XIII au XVIIE siècle, bibliothèque nationale Paris, 1907 ; portraits français de 1400 à 1900, galerie Seligmann Paris, 1936, RING 192 ; STERLING 140 ; MICHEL 4105, P. 107 ; C.S.I. Français 761, f. 1 Louis de Gruuthuse (v. 1427-1492), dit Louis de Bruges, est connu pour sa brillante carrière au service des ducs de Bourgogne. Il constitue dès lors la première effigie Marguerite d'York est décrite par les chroniqueurs comme introvertie et dévote. Paru le 24/02/2003. Marguerite d'York ne donne pas d'enfant à son époux, mais reporte toute son affection maternelle sur la fille du précédent mariage de Charles le Téméraire, Marie, qu'elle élève comme sa fille. Une bande de tissu noir, le tassel couvre l'échancrure. [Actes des] Rencontres de Malines (25 au. Statue de Marguerite d’York, réalisée par Frantz Vermeylen, septembre 1911. Votre avis est utile. POP : la plateforme ouverte du patrimoine. Malheureusement, tous les musées de la ville sont payants (sauf le… ..... xvn. DANS LE TEXTE. De manière plus générale, la jeune Marguerite d'York est entourée de modèles féminins forts, ce qui expliquera plus tard son rôle de duchesse de Bourgogne. N°Inventaire. 24.00 € Indisponible. Elles avaient été commandées à l'atelier de Pasquier Grenier à … Philippe le Bon ayant dans un premier temps préféré un mariage franco-bourguignon, l'alliance anglo-bourguignonne par le mariage apparaît de nouveau possible en septembre 1465 à la suite du décès d'Isabelle de Bourbon, la deuxième épouse du comte. Faces du manchon du couteau du musée de Brooklyn (Moulage du musée do Saint- Elle finance abondamment les institutions rel… Titre. Les fêtes et réjouissances qui suivent le mariage (surnommé le mariage du siècle) sont d'un luxe et faste encore jamais vus, qui servent la propagande bourguignonne. Francis Lovell se joint à Lambert Simnel.